CULTURE

Le Guatemala, pays au riche patrimoine culturel, abrite de nombreux trésors : des traditions et sites archéologiques mayas, des rituels chamaniques, des villages coloniaux et un artisanat omniprésent.

ANTIGUA

Ancienne capitale d’Amérique centrale puis du Guatemala, Antigua fut fondée en 1542 sous le nom de Santiago de los Caballeros.
Plusieurs fois détruite par de violents tremblements de terre, elle perdit son statut de capitale en 1773.
La ville est ensuite restée a l’abandon ce qui a aide a conservé parfaitement son style colonial que l’on peut découvrir en flânant le long de ses rues pavées.
Si vous y restez quelques jours vous découvrirez une ambiance toute particulière, une douceur de vivre qui en font une ville unique au monde.

Classée en 1979 au « patrimoine mondial » par l’Unesco la ville a  depuis connu un renouveau : c'est le lieu touristique le plus visité d’Amérique centrale.
Il faut dire qu’Antigua ne manque pas d'atouts, entourée de trois volcans, la legende dit que c'est ici qu’Antoine De Saint Exupéry a écrit son roman « Le petit prince ».
Véritable musée à ciel ouvert, avec ses demeures coloniales, ses ruines et ses églises, de superbes hôtels et d’excellents  restaurants elle mérite vraiment qu’on y séjourne.

Le café d'Antigua, premier cru  du Guatemala, est classé parmi les meilleurs au monde.
Les jours de marché sont lundi, jeudi, samedi.
 Antigua est également le point de départ de nombreuses excursions dans tout le pays.
 La fête patronale se déroule le 25 Juillet.


CHICHICASTENAGO

Construite sur le site d'une ancienne ville maya Kaqchikel du 15ème siècle, Chichicastenango offre le marché le plus grand et le plus coloré de Mésoamérique.
 En plus du marché traditionnel, vous y trouverez tout l'artisanat produit au Guatemala.

Dans l'église Santo Tomas vous verrez se dérouler des cérémonies religieuses ou officient des chamans Maya ou des prètres catholiques dans un synchrétisme tout particulier. Egalement vous aurez peut-être la possibilité d’assister aux rites chamaniques en visitant l’autel maya Pascual Abaj.

Visiter Chichicastenango vous permettra d’aller à la rencontre des mayas d’aujourd’hui, d’ailleurs dans cette ville le calendrier maya « Tzolk’in » est toujours utilisé.
La fête patronale se déroule du 17 au 21 décembre.


COBAN

Coban est la capitale d’une région habitée par les communautés  K’eqchi, Pocomchi et Achi Maya, installées depuis plus de 3 000 ans.
Après la défaite des peuples Quiche, Kakchiquel, Tz’utujil et Mam des terres hautes face aux conquistadors espagnols, ils échoueront à conquérir cette région du nord-est guatemaltèque.

Le frère San Bartolome de las Casas réussit à convertir les indigènes au christianisme de manière pacifique en mélangeant croyances mayas et catholiques. Aujourd’hui encore ce syncrétisme continue d’exister.
Au 19e siècle Coban fut une terre d’accueil pour beaucoup d’allemands, venus au Guatemala pour cultiver et exporter du café.


COMALAPA

Village indigène à moins d'une heure d'Antigua, Comalapa est le berceau de l'art naïf au Guatemala.
C’est un certain Andres Curuchiche (1891-1969) qui a eu le premier l’idée de peindre des scènes de la vie quotidienne des indiens de sa ville.
Depuis, on peut voir à Comalapa de nombreuses "Galeries de peinture" dont l’une tenue par la petite fille d’ Andres Curuchiche permet de perpétuer la tradition familiale.



LIVINGSTON

Petite ville où vit la communauté afro-caribéen des Garifunas, Livingston se situe à l'embouchure du Rio Dulce sur la mer des Caraïbes.
Le village se caractérise par son ambiance détendue, typique des caraïbes. Lors de votre visite vous devriez goûter le « Tapado », un plat local traditionnel de poissons, bananes plantains et noix de coco ainsi que le « pan de coco » , pain a la noix de coco , vendu dans la rue en fin d’apres midi.
Livingston est le seul endroit au Guatemala où l’on trouve une plage de sable blanc ;  accessible uniquement en bateau.


PANAJACHEL

La ville de Panajachel est le centre touristique du lac et Atitlan et ressemble beaucoup à une cité balnéaire.
Sur la calle Santander, la rue principale, vous trouverez un grand nombre de magasins de souvenirs, de restaurants et de bars.

QUETZALTENANGO

La deuxième plus grande ville du pays plus communément appelé Xela ou Xelaju par les locaux, se donne une vocation culturelle. 60% de sa population d’environ 300,000 habitants est indigène, la plupart des groupes ethniques sont Mam et K’iche.

La ville est une excellente étape pour visiter des marchés plus authentiques dans les villages ruraux très peu fréquentés par les touristes.
Le nom « Xelaju » signifie « sous 10 montagnes » d’ailleurs Quetzaltenango est entourée par certains des plus grands volcans du Guatemala, comme le Santa Maria, le Santiaguito ou encore le Chicabal accessibles à pied.
A proximité de Quetzaltenango se trouvent également les sources d’eaux chaudes « Fuentes Georginas », où les visiteurs peuvent profiter d’un bain relaxant.

SAN ANTONIO AGUAS CALIENTES

Ce village Kakchiquel situé à 10 minutes d’Antigua est bien connu pour ses tissages de qualité. Il est possible d’organiser un déjeuner chez une famille Kakchiquel, où Lilian, la maitresse de maison, vous parlera des coutumes propres à son groupe ethnique et ses filles vous enseigneront comment préparer les fameuses « tortillas ». La maison de Lilian est très simple mais l’accueil est d’autant plus chaleureux et authentique.


SAN ANTONIO PALOPO

Petit village kakchiquel sur les bords du lac Atitlan, ses habitants vivent essentiellement de l’agriculture. Ses champs d’oignon cultivés en terrasse surplombent le lac et offrent un panorama extraordinaire. Les femmes de ce village se distinguent par leur tenue particulière,  il est d’ailleurs possible de visiter les coopératives de textiles sur place.
Le saint patron du village est Saint Antoine de Padua.

SAN FRANCISCO EL ALTO

Le marché du vendredi est un des plus importants et des plus authentiques du pays.
Grâce aux tenues traditionnelles des femmes locales Quiché, ce marché est une attraction unique et inoubliable.
 Avec ses 2630m d´altitude, le village offre un panorama exceptionnel.


SAN JUAN LA LAGUNA

Ce village Tz’utujil aux bords du lac Atitlan est réputé pour ses coopératives locales.
Nous proposons la visite de maisons de familles du village afin d’observer les méthodes traditionnelles du tissage, de la teinture des textiles et de la peinture. Vous pourrez également visiter une coopérative qui cultive le café de façon biologique et, en plus, entretient un petit jardin de plantes médicinales.  


SANTA CATARINA PALOPO

Avec ses 5 000 habitants, Santa Catarina Palopo est un petit village Kakchiquel aux bords du lac Atitlan. La plupart des villageois vivent de l’agriculture, de la pêche ou encore du tissage traditionnel. Les femmes de  Santa Catarina Palopo sont facilement reconnaissables grâce au huipil bleu et au chemisier traditionnel.


SANTIAGO ATITLAN

Santiago Atitlan, est très connu pour ses broderies typiques, ses peintures naïves et la coiffe particulière des femmes locales.  Il s’agit du plus grand village autour du lac et est situé dans une baie entre deux volcans, le San Pedro et le Toliman.
Santiago fut l’ancienne capitale pré-colombienne des Tz’utujil d’où la prédominance de cette ethnie au sein des habitants.
Son église catholique est le symbole de la résistance du peuple indigène durant la guerre civile qui dura 36 ans.


SOLOLA

Solola, capitale du département qui porte le même nom, est connu surtout pour son marché qui se déroule les mardis et vendredis. La tenue traditionnelle de Solola, dont les couleurs sont le noir, le bleu et le violet, fait figure d’exception  au Guatemala.
Aujourd’hui encore, bon nombre d’hommes du village  portent  la chemise et le pantalon traditionnels.


TODOS SANTOS

Todos Santos est l'un des endroits les plus authentiques du Guatemala situé dans les montagnes Cuchumatanes. Pour y accéder, la route passe parfois à plus de 3000m d'altitude ce qui vous fera découvrir des paysages à couper le souffle.
Le marché du samedi vous fera faire un bond de plus d'un siècle en arrière. Todos Santos est l’un des rares endroits où même les hommes Mam portent la tenue traditionnelle constituée d’une chemise et d’un pantalon tissés main.


TOTONICAPAN

Totonicapan signifie « lieux des eaux chaudes », ses habitants sont surtout des mayas Quiché.
 En 1820 la ville se déclarait indépendante sous Atanasio Tzul, « roi du Quiche » mais  son royaume ne dura que 29 jours après que les troupes de la capitale aient mis un terme à la rébellion maya.
Il est possible de visiter le marché local les mardis et samedis.

 

Galerie